34

Bon voyage Papa

1

Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !
Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

Nous souhaitons toujours avoir plus de temps non ?

Peut-être surtout avec ceux avec qui les choses n’ont jamais été claires,

avec qui certaines choses n’ont jamais été dites, ou mal dites, ou pas suffisamment.

Mon père, c’était un gars des montagnes ardéchoises ayant grandi dans une petite maison isolée

attachée à flanc de montagne. C’était sa montagne, celle où il aimait tant revenir.

Pendant longtemps, il y a cultivé des arbres fruitiers, en plus de son travail de cheminot.

Jean Ferrat et sa chanson “La montagne” me fait toujours penser à lui.

 

Mon père faisait partie de ces hommes qui parlaient peu,

C’était un homme simple, droit, de confiance, assez solitaire.

Le travail et la famille étaient les choses les plus importantes dans sa vie.

 

C’était un homme du silence. Cela m’a pesé.

Des choses m’ont manqué. J’aurai aimé qu’il soit plus présent, plus proche.

J’aurai aimé que les choses soient différentes.

 

Mais voilà, comme tout le monde, il a fait comme il a pu.

Il a du composer avec son passé et son enfance.

C’était lourd. C’était aussi une autre époque, un autre monde.

J’ai mis longtemps à comprendre que son silence ne signifiait pas ce que je pensais.

 

La rencontre de ma mère cet été 1973 devant les autos-tamponneuses d’un bal ardéchois

a sans doute été la meilleure chose de sa vie.

Oui, 47 ans ensemble quand même…

 

Ces dernières années, j’ai essayé de me rapprocher de lui.

J’ai essayé, sans doute pas assez.

Ou peut-être aussi que parfois, certaines relations ne peuvent pas changer. Et il faut l’accepter.

 

Il y a quelques années, on est parti en famille pour un week-end à Rome. Il a fallu presque le forcer.

C’était la première fois qu’il prenait l’avion.

Il n’arrêtait pas de poser des questions à l’hôtesse.

Il était étonné et amusé de certaines choses qui font partie de l’Italie.

Il questionnait la différence, une des richesses du voyage.

C’était chouette, j’aurai aimé d’autres voyages.

 

 

Heureusement, j’ai pu rentrer en juillet et j’ai pu passer l’été là.

Je suis arrivé à dire certaines choses.

Et lui aussi. Bon, c’était pas un discours hein :-).

Cela a été un combat, face à lui et face à moi-même tout d’abord.

 

La dernière semaine fut difficile.

Parkinson est un sale type.

Covid, c’est une garce sournoise qui ne tue pas toujours directement.

Et je vous passe ses autres problèmes de santé…

C’était un costaud mon père.

Il était capable de faire de l’humour jusqu’au bout.

Je crois que pendant longtemps, on voit nos parents insubmersibles.

Pourtant, il y a toujours une dernière vague qui est plus forte et qui gagne à la fin.

 

 

Ces derniers jours, je m’attends presque à le voir revenir de son jardin, ou l’entendre monter les escaliers.

Je crois l’entendre parfois se plaindre et bougonner après moi.

Et cela me manque.

Je n’ai pas eu le temps de lui montrer le livre que j’ai publié il y a peu.

A quelques jours près.

J’espérais qu’il soit fière de moi.

Bon, il l’aurait pas dit, je le sais.

 

Oui, toujours ce petit garçon qui cherche le regard de son père.

Cela fait partie de mon histoire.

Cela fait partie de moi.

Il a fallu que j’apprenne à lui parler, à l’écouter.

 

Souvent, nous connaissons peu ceux qui nous sont proches.

Et puis, on se dit qu’on a le temps de changer cela.

Cela fait partie des histoires que nous nous racontons.

 

Il y.a toujours des zones d’ombre chez l’autre, même avec une personne très proche.

Même vis à vis de nous même.

 

C’est juste mon histoire.

Elle est mienne.

 

Vous pouvez encore écrire la votre.

Peut-être que vous êtes dans ce cas avec un de vos proches.

Il est pas encore trop tard pour changer les choses.

Au moins essayez.

 

Papa, on s’est quand même un peu raté tous les deux dans cette vie.

Et cela m’emmerde bien. Toi aussi j’en suis sûr.

 

Va falloir faire avec.

Mais ca ira, j’y crois.

Bon voyage Papa.

 

Vous avez aimé cet article ?

Notez-le en 1 clic

[Total : 9   Moyenne : 4.6/5]

Faites tourner sur les réseaux ! (déja 34 partages)

1 Comment

  1. Avatar Yves dit :

    Très beau texte quasi poétique…..j’ai été dans le même cas ….et j’écris sur cette vie dont je ne sais pas quand elle se terminera……En attendant, bon courage mais je crois que l’écriture t’aidera à aller de l’avant….continue sur cette voie car tu as vraiment aujourd’hui la dimension humaine nécessaire…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *