26

IVCAST 62 : Voyager au Sri-Lanka, l’essentiel à savoir !

Caroline connaît très bien le Sri-Lanka pour y voyager régulièrement. Dans cet épisode, elle nous raconte son amour pour ce pays et ce qu’il faut savoir avant de partir.

 

 

  • Ecoute cet épisode et les prochains sur la plateforme iTunes.
  • Pour une écoute sur les smartphones et les tablettes Apple, utilises une application comme Stitcher ou Podcasts.
  • Ajoute le flux du podcast dans ta play list. Ou cherche Instinct Voyageur !
  • Ou télécharger le podcast en mp3 (clic droit-enregistrer sous ) 

 

 

A propos

Caroline est une amoureuse du Sri-Lanka. Sur son blog de voyage, elle donne d’ailleurs une foule de conseils pour voyager dans ce pays. Dans ce podcast, elle nous livre l’essentiel à savoir pour un trip au Sri-Lanka.

 

Liens cités

Le blog de Caroline sur le Sri-Lanka.

Merci d’avoir écouté !

Devenir digital nomad ? Premier pas avec cette vidéo :

 

Transcription

Fabrice :          En face de moi, il y a Caroline du blog tongsetsrilanka, c’est ça ?

Caroline :        C’est ça. Bonjour !

Fabrice :          Comme vous l’aurez compris au nom du blog, Caroline, c’est un peu la spécialiste du Sri Lanka, cette île située au large de l’Inde, cette petite île qui est assez bonne presse ces dernières années, qui est devenue une destination en tout cas davantage parcourue par les touristes depuis la fin du conflit ; conflit qui s’est terminé en quelle année ?

Caroline :        En 2009.

Fabrice :          C’est relativement assez récent. Oui depuis 2009 quand même, le Sri Lanka s’est un peu plus ouvert, je connais pas mal de personnes qui y sont allées. C’est quand la première fois que tu y es allée ?

Caroline :        Alors moi, j’y suis allée pendant la guerre civile pour la première fois, c’était en mars 2008 et il y avait d’ailleurs toute une partie du pays qui n’était pas du tout accessible, toute la partie nord et même la partie triangle culturel. Je ne regrette pas d’avoir vu le pays aussi à cette période-là parce que du coup, il n’y avait pas beaucoup de monde, le tourisme n’était pas développé et il y avait un côté très authentique qui a fait que je suis tombée amoureuse du Sri Lanka dès ce premier voyage.

Fabrice :          Depuis, ça veut dire c’est blindé de touristes et tout, de bétons et tout ?

Caroline :        Alors, ce n’est pas blindé de bétons heureusement et je touche du bois pour que ça n’arrive jamais. Par contre, effectivement, il y a de plus en plus de tourismes, de plus en plus donc du coup de touristes forcément, donc de plus en plus d’infrastructures qui vont avec. Après, comme c’est une île qui est assez grande, c’est quand même, on peut trouver des endroits beaucoup plus tranquilles, on peut trouver des endroits où on n’est pas les uns sur les autres, ce n’est pas encore la « Thaïlande » quoi.

 

Destination Sri Lanka

Fabrice :          Pour aller au Sri Lanka, il ne faut pas de visa mais comme les Etats-Unis, il faut demander une autorisation pour un séjour comme l’ESTA pour les Etats-Unis et ça se fait en ligne, c’est ça, sur le site du ministère du Tourisme sri-lankais non ?

Caroline :        Effectivement, pour aller au Sri Lanka aujourd’hui en tant que ressortissant français et même pour nos amis Belges et Suisses, c’est la même chose, il faut faire ce qu’on appelle un ETA, donc c’est une autorisation électronique qui permet de voyager. Donc, ça se remplit en ligne sur le site officiel du gouvernement. Donc là, il faut faire très attention de ne pas tomber sur tous les sites d’arnaque qui essaient de vous vendre des visas qui sont bien plus chers que les 35$ demandés par le gouvernement sri-lankais. Donc ; vous remplissez votre formulaire en ligne et après, vous recevez un mail. Beaucoup de gens ne reçoivent pas ce fameux mail de confirmation, pas de panique, on peut vérifier en ligne avec le numéro de passeport si tout est bon. Et ensuite, il y a juste à prendre l’avion, passer l’immigration et toutes les informations sont dans la puce du passeport.

Fabrice :          Mais c’est quoi le délai pour l’obtenir et est-ce qu’il faut un billet d’avion avant ?

Caroline :        Alors il ne faut pas nécessairement le billet d’avion avant pour le faire. Moi, je pense que c’est quand même mieux d’avoir son billet d’avion pour le faire parce qu’ils demandent par quelle compagnie on arrive, tout ça, mais après, ce ne sont pas des informations qui sont aujourd’hui obligatoires. Donc, ça, c’est bien. Ensuite, ton autre question, c’était ?

Fabrice :          Le délai.

Caroline :        En général, quand on le fait en ligne, en moins de 24 heures, on a la réponse. Donc, c’est vraiment très rapide. Ça se fait, si je ne dis pas de bêtise, jusqu’à trois mois avant le départ et voilà, comme ça, vous êtes tranquille et vous arrivez sur place, vous passez immigration et c’est tout fait. Sachant que si jamais vous n’avez pas le temps de le faire en ligne, vous pouvez le faire en arrivant à l’aéroport mais là, vous pouvez perdre plusieurs heures si vous êtes au même moment que pleins d’autres avions.

Fabrice :          C’est 30 jours de délai ?

Caroline :        Oui l’ETA, ça dure 30 jours à partir du moment où on pose les pieds sur le sol.

Fabrice :          Pas d’autres formalités ?

Caroline :        Pas d’autres formalités, juste un petit questionnaire à remplir dans l’avion qu’on donne au moment de l’immigration mais rien de très méchant, rien de particulier quoi.

Fabrice :          Quelle est la meilleure saison pour aller au Sri Lanka puisqu’il y a la mousson, on n’est pas loin de l’Inde ?

Caroline :        En fait, j’ai envie de te dire qu’il y a deux bonnes saisons pour aller au Sri Lanka. Si on veut faire plutôt la côte sud, ce sera la saison qui va de janvier jusqu’à avril ; et si on veut faire plutôt la côte est, ce sera la saison qui va de février – mars jusqu’à septembre à peu près fin août, début septembre. Donc, finalement, c’est un pays où il vaut mieux éviter quand même le mois de mai, surtout et le mois de juin, si on fait la côte sud ; et le mois de novembre, le mois de décembre si on fait la côte est.

Fabrice :          Qu’est-ce que tu aimes finalement vraiment puisque là, tu en parles beaucoup sur ton blog pas seulement, mais tu en parles beaucoup, tu y es allée plein de fois, beaucoup de fois.

Caroline :        Exactement.

Fabrice :          Pourquoi d’ailleurs tu y es allée autant de fois ? N’y a-t-il derrière ça que l’amour du pays ?

Caroline :        Oui, il n’y a que l’amour du pays, il y a eu des idées de business à un moment aussi avec le Sri Lanka qui n’ont pas abouti parce que pour des raisons personnelles ou ça n’a pas forcément pris. Mais en tous les cas, c’est un pays que j’adore, j’adore la culture, j’adore les habitants, je trouve que c’est un pays qui a une odeur, c’est un pays qui a du caractère, c’est un pays qui a aussi une personnalité. J’ai l’impression d’en parler comme si je parlais d’un mec d’ailleurs. Mais voilà, je trouve que c’est un pays qui me transporte et dans lequel je me sens bien tout simplement et à ma place quand j’y voyage.

Fabrice :          La question qu’on se pose souvent c’est Sri Lanka, c’est un peu comme l’Inde ?

Caroline :        Alors, non.

Fabrice :          Quelqu’un m’avait dit c’est entre l’Inde et la Thaïlande.

Caroline :        Je dirais que c’est juste comme le Sri Lanka. C’est vraiment unique. À titre personnel, j’ai fait l’Inde au niveau du Rajasthan, l’Inde du nord. Donc, je n’ai pas fait l’Inde du sud ou le Kerala ou Tamil Nadu qui peut ressembler peut-être effectivement à une partie du Sri Lanka, ça je peux l’entendre, mais je trouve que c’est très différent. Déjà, ce n’est pas la même religion qui est majoritaire. Le Sri Lanka est à 70% Bouddhistes. Là où l’Inde où majoritairement Hindouiste. Ensuite, ce n’est pas la même culture, ce n’est pas la même langue, ce n’est pas les mêmes gens et en tant que femme seule aussi quand on me dit voyage, je suis beaucoup beaucoup moins embêtée au Sri Lanka même s’il y a du harcèlement de rue, ça existe surtout aux abords des plages, c’est beaucoup beaucoup plus tranquille que l’Inde.

Fabrice :          Ah oui ?

Caroline :        Oui. Ça, il n’y a pas photo, moi en Inde plus personnel, je me suis fait clairement harceler tous les deux pas en Inde. Au Sri Lanka, tu as vraiment une tranquillité quand tu te promènes. Voilà ce que je te dis, c’est juste voir des plages où tu as les beachboys qui peuvent être assez oppressants assez relou mais sans te toucher ou sans être méchant non plus.

Fabrice :          Justement, pour une femme qui voyage toute seule, est ce que tu as des tips un peu des conseils vraiment pour ne pas être emmerdée, ou éviter les problèmes. Enfin, ça peut s’appliquer à beaucoup de pays bien sûr dans la région mais…

Caroline :        Oui, oui, oui. Tout d’abord, la tenue. Donc, mesdames, on oublie le bikini, le minishort et le débardeur. On couvre les épaules, on couvre les genoux parce que ça permet d’éviter d’attirer le regard et à partir de là, on a aussi beaucoup moins de problèmes. Donc ça, c’est quand même la première chose. La deuxième chose, c’est de ne pas sortir la nuit, ça c’est assez important parce que oui, c’est un pays…

Fabrice :          Tu prends un taxi sinon non ?

Caroline :        Il vaut mieux éviter de sortir la nuit au Sri Lanka, ce n’est pas des pays qui ont spécialement une vie nocturne, qui est fait pour ça. J’exclus les grosses stations balnéaires comme Hikkaduwa ou Unawatuna, là où le tourisme est très développé, mais c’est des pays qui vivent avec le soleil donc c’est vraiment, on se lève tôt le matin et le soir une fois que le soleil est couché, on mange, on va se coucher. Et surtout le soir, on peut faire des mauvaises rencontres dans le sens où il y a quand même un problème d’alcoolisme au Sri Lanka qui existe. Donc, il vaut mieux éviter de croiser la route d’hommes qui auraient eu la main un petit peu trop lourde sur la bouteille.

Fabrice :          D’accord. Sinon après, ce sont les petites arnaques habituelles, j’imagine, taxi, etcetera. Des choses comme ça ?

Caroline :        Les taxis, les tuk-tuk, pas plus que ça même. Je trouve un peu moins que dans certains autres pays où tu te fais « allumer le portefeuille » dès que tu le prends. À ce niveau-là, ça va. Non, voilà vraiment, on est juste avertie en tant que femme seule de ces règles-là, de ne pas sortir le soir, d’être bien habillée. Pour moi, il n’y a pas de souci. Voilà, il n’y a pas d’affolement à avoir, pas de panique à avoir. C’est juste qu’il faut un peu s’habiller, se mettre à la place des locaux.

Fabrice :          Caroline, c’est quoi le site du sri Lanka, s’il y en a un ? Est-ce que le Sri Lanka a son Taj Mahal par exemple, son Machu Picchu.

Caroline :        Alors, le Sri Lanka, en termes culturel, a ce qu’on appelle un triangle culturel. C’est un pays qui a une histoire qui est très riche, qui est très ancienne aussi. Donc, tu vas pouvoir trouver le site de Sigiriya qui est le rocher du lion qui est juste magnifique et géant. Tu peux escalader ou tu as des peintures murales dedans. Tu as le site d’Anuradhapura qui est un ensemble de temples géants qui pareil est gorgé d’histoire. C’est un de mes endroits préférés au Sri Lanka parce que je trouve qu’il y a une dimension aussi mystique à Anuradhapura dans le sens où c’est encore un lieu de culte aujourd’hui. Donc, c’est un monument ancien mais qui est encore vivant. Donc, c’est vraiment très très chouette. Tu as aussi Polonnaruwa, alors là, ce sont plus des ruines d’une ancienne cité du Sri Lanka. C’est très joli à voir mais c’est vrai que c’est moins vivant. Et tu as dans ce fameux triangle culturel Dambulla, qui est pareil, est un temple dans des caves et qui sont absolument à visiter.

Fabrice :          Le triangle culturel donc. Mais en dehors du triangle culturel, il y a d’autres sites culturels, enfin… Et puis, il y a aussi j’imagine des sites naturels ?

Caroline :        Il y a énormément de choses à voir d’un point de vue nature au Sri Lanka. Déjà au centre du pays, tu as toute une région montagneuse où il y a des plantations de thé qui sont vraiment magnifiques. Parmi tous les voyages que j’ai dû faire, je pense que c’est les plus belles que j’ai vues en toute objectivité même si ça semble compliqué mais si si. Sinon, il y a des plages aussi qui sont vraiment magnifiques. Il y a pas mal de vagues. C’est plus pour faire du surf, du bodysurf, du kite.

Fabrice :          Et de la plongée ?

Caroline :        Un petit peu de plongée, pas partout, sur la côte Est à Pigeon Island, on peut plonger, vers Hikkaduwa, on peut aussi. Mais voilà, il faut bien faire attention aux saisons si on veut faire ça. Sinon, j’ai oublié quand même le plus important, c’est un pays qui a énormément de parcs nationaux où on peut observer beaucoup d’éléphants qui sont en liberté et pleins d’autres animaux. Donc, c’est quand même un bel atout du pays qui essaie de les protéger à ce niveau-là.

Fabrice :          D’accord. Alors, quel est l’endroit si je veux me poser, je ne sais pas, dans une petite station près de la mer avec mon petit bungalow tranquille, si je veux éviter, un endroit beau, calme, avec pas trop de touristes, il faut aller où ?

Caroline :        Je t’enverrais à Tangalle forcément, ça se situe au sud du Sri Lanka, c’est une de mes villes préférées au Sri Lanka parce que je m’y suis arrêtée un bon moment. Aujourd’hui, tu as quand même pas mal de tourismes, enfin pas mal d’infrastructures touristiques qui se sont développées, qui se sont installées. Mais si tu sors un petit peu de la ville, soit en direction de Tissa ou soit en direction de Matara, tu peux encore trouver des plages vraiment tranquilles avec ton petit bungalow et pas trop de monde.

Fabrice :          Ça revient à combien un petit bungalow comme ça.

Caroline :        Un petit bungalow, après ça dépend du standard que tu veux, mais si tu prends vraiment du moins cher au plus simple, tu peux trouver à 1 500 roupies, donc ça fait à peu près 10 euros la nuit. Et puis après, le Sri Lanka se développe sur le tourisme de luxe, donc ça peut aller jusqu’à des fortunes au niveau du prix de la nuit. Il y a des boutiques hôtel. Je trouve que c’est un pays qui est assez, il y en a pour les backpackers, il y en a pour les familles même si la mer est difficilement baignable, c’est quand même un pays adapté pour eux. Et il y en a aussi pour les gens qui ont envie de beaucoup de conforts, il y a le service aussi.

Fabrice :          Une autre question : il n’y a pas très longtemps, je crois que c’était l’année passée, j’avais vu un documentaire sur M6 justement sur la Sri Lanka, c’était Zone interdite ou je ne sais plus quoi. Tu l’as vu non ce reportage ?

Caroline :        Oui je l’ai vu et j’avais d’ailleurs fait un post où je disais que je n’étais pas du tout contente de ce reportage, je trouvais que c’était, désolée M6, mais du cliché sur cliché et sans creuser derrière, ça n’abordait pas des vraies problématiques et c’était juste pour faire peur. Je trouvais que ce n’était pas une vraie image du Sri Lanka. Puisque certes, c’est un petit pays qui n’est pas parfait, il y a des problèmes et ça, c’est indéniable. Mais la manière dont c’était amené, la narration était vraiment dramatique, il y avait des choses complètement fausses dans ce reportage quand même.

Fabrice :          Du genre ?

Caroline :        Du genre, par exemple, le fameux beachboys qui était en train de chouiner « je ne peux pas rentrer dans les hôtels, regardez, c’est interdit aux macs et aux beachboys ». Bah oui, mais derrière les reportages des pauvres petits gars, oui mais derrière, on n’explique pas que ce gars-là, en général, il essaie d’appâter les femmes donc qui les prend pour des proies, que c’est aussi pour beaucoup, peut-être pas lui, je ne sais pas, à titre personnel, mais pour beaucoup, ils vendent de la drogue aussi derrière. C’est quand même des gens qui ne sont pas forcément sains et également, je suis désolée mais quand on n’est pas client d’un hôtel en général, on ne rentre pas dedans, donc voilà.

Fabrice :          Mais là, c’était pour des soirées je crois, des soirées si je m’en rappelle bien, je ne sais pas si c’était ça précisément, mais il y avait dans le reportage un autre passage où tu avais des hôtels ou des bars qui faisaient des soirées ouvertes à tout le monde et le Sri Lankais étaient interdits.

Caroline :        Oui. Alors ça, c’était un petit peu plus loin dans le reportage, effectivement, tu avais ça. Voilà, moi je pense que c’est assez dramatisé parce qu’après, enfin, j’ai déjà vu des soirées mixtes, effectivement, il y a aussi des soirées qu’entre Sri Lankais, des soirées qu’entre étrangers. Pas plus qu’ailleurs, pas moins qu’ailleurs.

Fabrice :          Je me souviens aussi d’un sujet, c’était vers la fin, je pense, ça prête moins à polémique, c’était sur la zone où il y avait un conflit avant notamment, où il y a encore beaucoup de mines. J’imagine, il y a pas mal d’endroits où c’est déconseillé d’y aller.

Caroline :        Alors, par rapport au nord du Sri Lanka, je n’ai pas encore eu la chance de le faire et ça fait partie du projet du prochain voyage, donc j’espère en 2018. Le nord du Sri Lanka est tout à fait accessible, il est fortement recommandé de le visiter parce que tous les échos que j’en ai eus, c’est que c’était vraiment sympa, il faut juste rester dans les sentiers battus, c’est la seule chose qui est vraiment recommandée. De ne pas aller s’aventurer dans la jungle, dans les forêts ou dans les champs tout seul si on n’a pas été préalablement averti ou autorisé par quelqu’un. Mais en tous les cas, c’est une région que vraiment tout le monde recommande de visiter, il n’y a pas de problème, il n’y a plus besoin d’autorisation pour y aller et au contraire, je pense qu’ils attendent que ça le développement touristique, d’avoir un peu leur part du gâteau et que ce ne soit pas que le reste du pays qui en profite.

Fabrice :          D’accord. Donc, dans les années à venir, ça va être plus facile de s’y rendre, ils sont en train de déminer.

Caroline :        Complètement.

Fabrice :          Dans le reportage aussi, il y a pas mal de projets de construction bien ou moins bien. Mais oui, donc c’est une nouvelle région qui va s’ouvrir aussi dans les années à venir.

Caroline :        Probablement. Le nord là aujourd’hui, c’est la côte Est surtout qui est vraiment en train de se développer parce que la côte Est surtout qui est vraiment en train de se développer parce que la côte Est avait été aussi fortement touchée par la guerre civile au Sri Lanka. Et la prochaine étape, c’est le nord sans contexte. Mais en tous les cas, aujourd’hui, s’il y a des voyageurs qui se disent tiens, j’ai envie d’aller dans une région où il n’y pas beaucoup de touristes, allez, vous pouvez y aller, il n’y a pas de souci, voilà. Juste n’allez pas vous promener dans la jungle tout seul, c’est juste la recommandation puisqu’il reste des mines quand même.

Fabrice :          D’accord. Le Sri Lanka est constitué, l’intérieur, du pays c’est la jungle non ? Des forêts ?

Caroline :        La montagne.

Fabrice :          Mais pas la haute montagne non plus, enfin ce n’est pas très haut, c’est quoi, 500 mètres tu sais ou 1 000 mètres peut-être ?

Caroline :        Le plus haut sommet, il me semble que c’est l’Adam’s Peak, ou du moins c’est près de l’Adam’s Peak. Par contre, je t’avoue comme métrage, je ne me souviens plus, je ne l’ai plus sous la main, donc il faut regarder sur internet ou sur le blog, je sais que ça y est. Mais en tous les cas, l’Adam’s Peak, c’est une montagne sacrée que tu peux escalader. Il faut savoir que c’est une montagne qui est sacrée pour les bouddhistes, les hindouistes, pour les chrétiens et il me semble aussi pour les musulmans. Donc, c’est un vrai lieu de pèlerinage au Sri Lanka. Tu mets en général entre quatre et sept heures pour atteindre le sommet, c’est des escaliers donc ça fait très mal aux jambes mais après le lever de soleil, le matin est magnifique. Et puis, il y a surtout une vraie ambiance de pèlerinage, c’est un vrai moment local en fait qui se passe, il n’y a pas que des touristes, et ça, c’est chouette.

 

Ce qu’il faut savoir pour un voyage au Sri Lanka

Fabrice :          Une autre question. Mince, je pensais à autre chose du coup, j’ai oublié ma question. Oui les transports, j’ai une amie qui est allée là-bas, elle m’a dit oui attention les transports, il faut avoir son temps. Il faut avoir le temps parce que c’est les bus locaux qui serpentent sur des petites routes complètement défoncés. C’est comme en Inde finalement un petit peu non, il faut prendre son temps.

Caroline :        Je suis retournée au Sri Lanka en mars 2017 et j’ai été très surprise parce que je trouve que les routes justement sont vraiment en train d’être faites donc du coup, les transports vont un petit peu plus vite. Après, c’est clair que si on prend les bus locaux ou les trains locaux…

Fabrice :          Ah il y a des trains, c’est cool ça.

Caroline :        Il y a des trains.

Fabrice :          Comme en Inde quoi ?

Caroline :        Voilà, exactement.

Fabrice :          Bordel quoi ?

Caroline :        Moins de bordel qu’en Inde mais il y a vraiment des paysages qui sont magnifiques et notamment le train entre Kandy et Haputale, c’est un incontournable à faire pour moi au Sri Lanka. Donc oui, donc effectivement, quand on prend les transports communs, il faut avoir d’un, le cœur bien accroché avec les bus parce que comme beaucoup sont payés à la commission, ils vont assez vite. Donc, ça peut sembler dangereux, donc il faut s’accrocher. Après, ils vont assez vite mais ils s’arrêtent beaucoup, donc il faut avoir du temps. Disons que si vous n’avez vraiment que dix jours au Sri Lanka, l’idéal, c’est quand même de prendre un chauffeur sur à peu près sept ou huit jours pour gagner du temps et en voir un maximum parce que si vous faites dix jours en transports locaux, vous n’allez pas voir beaucoup de choses. Après, les routes ça va de mieux en mieux mais il faut savoir que la vitesse est limitée, hormis sur la partie autoroute qui est toute petite, mais la vitesse est limitée à 70 km/h. Donc petite île, pas de grande distance mais beaucoup de temps.

Fabrice :          C’est vrai que c’est une petite île. Tu me disais deux semaines, on peut voir l’essentiel en deux semaines.

Caroline :        On peut voir l’essentiel en deux semaines, surtout si on s’adapte par rapport aux moussons, soit la mousson de l’est, soit la mousson du sud. Dans ces cas-là, tu as vraiment le temps de voir la partie le triangle culturel, les montagnes, soit le sud, soit l’est, le sens que tu choisis.

Fabrice :          Quel est le budget quotidien pour un genre bakpackers, tu vois, hôtel budget, bus, combien il faut compter. 20€, c’est possible ?

Caroline :        20€, tu me sembles un petit peu short. Les transports en commun sont vraiment vraiment pas chers.

Fabrice :          C’est le titre de mon guide alors j’essaie de le placer.

Caroline :        Non, on va dire que les transports, ça va te coûter entre un et 5€ selon la distance que tu fais ; donc ça, vraiment, il n’y a pas de souci. Les hébergements selon le confort que tu prends, on va dire que ça va entre 10 et 30€ à peu près, si tu es backpacker. Ensuite, ce qui va te coûter cher dans ton budget, ça va être les visites du triangle culturel où là ça monte facilement à 30$ pour le Sigiriya, 25$ pour visiter Polonnaruwa. Donc 20€, tu me sembles un peu short. Au niveau de la nourriture, si tu manges local, tu ne vas pas en avoir pour très cher, tu vas en avoir pour moins de 10€ par jour.

Fabrice :          Pas moins même un petit plat de riz poulet, ça n’avoisine pas les 1$, non plus ?

Caroline :        Non, un petit peu plus cher quand même. Je dirais, oui, allez, entre 5 et 7 peut-être tu vois.

Fabrice :          5 et 7 quand même, oui pour la journée, d’accord.

Caroline :        Pour la journée. Mais après, si tu veux manger un petit peu occidental ou pour varier parce que c’est vrai que rice and cury sri lankais est très très bon mais tu tournes un peu en rond quand tu arrives à jour 10 on va dire, donc tu aimes bien varier un petit peu. Là oui, ça, tu en auras pour 10, 12€ à peu près, à la journée.

Fabrice :          Et en hôtel, tu m’as dit ça déjà.

Caroline :        Il y a un hôtel entre 10 et 30 si tu es backpacker.

Fabrice :          Autre question, c’est un pays agréable pour y voyager, est-ce que c’est un pays agréable pour y vivre ?

Caroline :        À titre personnel, j’y ai vécu pendant trois mois et demi ; et autant j’ai adoré y voyager autant je n’ai pas plus apprécié que ça d’y vivre. Parce que ce n’est, après c’est très très personnel, c’est que je n’ai pas su m’adapter à la culture locale dans la vie quotidienne, par exemple les divertissements dans le sens où le ciné, les musées, le théâtre, sortie avec mes copines, ça m’a vachement manqué. Il y a aussi un autre point qui m’a chagriné, ça a été la condition de la femme. C’est amené à changer heureusement mais c’est très rétrograde dans le sens où la femme n’a pas beaucoup le droit de parler et pas beaucoup le droit de faire grand-chose et finalement en tant que femme, tu n’es pas très écoutée et c’est pour ça que autant vraiment voyager je recommande, y vivre c’est à la discrétion de chacune, est-ce qu’on est capable de s’adapter ou pas à des cultures où l’indépendance de la femme n’est pas on va dire le sujet majoritaire.

Fabrice :          Oui, c’est hindouiste, hein c’est ça ?

Caroline :        Bouddhiste !

Fabrice :          Bouddhiste et…

Caroline :        Et Hindouiste.

Fabrice :          Pas de musulmans ?

Caroline :        Musulmans aussi.

Fabrice :          D’accord.

Caroline :        Catholique.

Fabrice :          Catho ? Ah oui, il y a des catholiques, un petit peu, quelques pourcentages.

Caroline :        Il me semble que les catholiques, c’est à peu près 5 % ou 7 % de la population et tu vas surtout les retrouver dans la région de Negombo qui est à côté de l’aéroport.

Fabrice :          C’est bien localisé quoi ?

Caroline :        Oui. Ça en fait, c’est lié à la colonisation, il me semble des Portugais qui étaient pas mal sur la côte ouest du Sri Lanka. Donc, même à Kalpitiya, c’est assez catholique aussi.

Fabrice :          Est-ce vrai qu’il y a des éléphants qui vont en Inde par la nage là par Détroit ?

Caroline :        Non, je ne crois pas, je n’ai jamais vu, je n’ai jamais entendu.

Fabrice :          Connerie alors, c’est une légende urbaine ?

Caroline :        Je pense que c’est une légende oui. Je n’approuve pas, je n’ai jamais vu de mes propres yeux peut-être un jour mais…

Fabrice :          Il y a juste quelques kilomètres non, ce n’est pas très loin, c’est très proche non ?

Caroline :        C’est assez proche. Après, je ne suis pas certaine que tu puisses le faire à la nage là. Donc après, je t’avoue que je ne suis pas assez renseignée sur ce sujet-là. Je sais qu’il n’y a plus de bateau aujourd’hui qui relie l’Inde au Sri Lanka, c’est obligatoirement l’avion entre l’île et le continent, mais ça va être là pour mes connaissances.

Et la sécurité au Sri-Lanka ?

Fabrice :          Et ce conflit, cette guerre civile qu’il y a eu, on en voit encore les traces, je veux dire dans la population en discutant avec les gens, est-ce qu’il y a encore des antagonismes, est-ce que c’est un sujet tabou tu vois parce que pour rappel, c’était une guerre civile entre les tigres tamouls qui étaient bouddhistes ?

Caroline :        Alors les tigres tamouls en fait, c’est plus compliqué que ça, c’est une ethnie. Les tamouls sont une ethnie qui peuple majoritairement le nord et l’est du Sri Lanka. Et parmi ces tamouls, il y a eu des indépendantistes à l’intérieur qui s’appelaient les tigres tamouls. Donc, je précise que les tigres tamouls ne sont pas tous les tamouls et les tigres tamouls en fait ont réclamé leur indépendance, le gouvernement sri lankais, c’est résumé en très grosse ligne et en deux, parce que c’est beaucoup plus complexe que ça. Mais en gros, le gouvernement sri lankais cinghalais a refusé et du coup, c’est parti pour une guerre civile qui a commencé en 1983 et qui s’est achevée en 2009. Forcément, aujourd’hui, tu as des séquelles qui sont beaucoup plus marquées a priori dans le nord de ce qu’on m’en raconte, je n’ai pas encore pu constater par moi-même. Mais dans l’est, j’ai déjà pu le voir que ce n’était pas simple.

Quand tu visites par exemple le temple de L’arbre Bodhi à Anuradhapura, tu as encore des impacts de balles quand les tigres tamouls on fait une attaque sur des fidèles cinghalais qui étaient en train de prier, des bouddhistes. Donc voilà, c’est un sujet qui est encore assez délicat entre les deux populations. On va dire qu’il y avait beaucoup d’efforts qui sont faits pour mener à la paix. C’est bien mais tu sens qu’il y a encore beaucoup de douleurs, que c’est encore… Bah voilà, il y a des générations entières qui ont perdu forcément quelqu’un dans ce conflit. Ça reste une guerre, donc c’est toujours très difficile. Mais ce qui compte aujourd’hui, moi ce que j’ai l’impression c’est que les jeunes générations font quand même tout pour que les choses aillent mieux et pour que les choses soient saines, et puis pour qu’il y ait la paix tout simplement, mais la paix, c’est un travail de tous les jours hein. 

Que mettre dans son sac pour un voyage au Sri-lanka

Fabrice :          Autre question très pratique, que mettre dans sa valise ?

Caroline :        Alors, pour partir au Sri Lanka, des vêtements légers parce que déjà, il faut savoir que toute l’année, il fait très chaud, c’est un climat tropical. Donc, il fait en moyenne 30°, donc ça varie entre 26 et 35 selon les périodes et les régions. Il faut juste avoir quand même une petite polaire pour les montagnes où le soir, il peut faire un peu froid. Donc, des vêtements légers, des vêtements qui couvrent les genoux, des vêtements qui couvrent les épaules parce que ça, déjà par rapport à la culture locale, pour ne pas attirer l’œil, c’est bien. Pour visiter les temples, c’est juste indispensable, les temples bouddhistes et les temples hindouistes aussi. Sinon, que mettre dans sa valise ? Un stylo bic parce que ça remplace en fait l’adaptateur électrique là-bas. Il suffit de mettre le stylo bic dans le trou de la prise et ça permet de déverrouiller la prise et de brancher ses appareils.

Fabrice :          Avec un adaptateur universel, ce n’est pas suffisant ?

Caroline :        Tu peux aussi, quoique non, il faut que tu aies un adaptateur à trois fiches. Non, un adaptateur universel ne va pas le faire. Donc, ton stylo bic sera quand même ton meilleur ami.

Fabrice :          Si tu as des adaptateurs à trois fiches ?

Caroline :        Il faut savoir que la troisième fiche est vraiment beaucoup plus grosse quant aux normes qu’ailleurs. Donc c’est un adaptateur un petit peu spécial. Et sinon aussi, un parapluie parce que le parapluie va servir pour la pluie forcément et aussi pour le soleil. Ça sert d’ombrelle et là-bas, ils l’utilisent beaucoup pour ça donc. Voilà, les deux indispensables, c’est ça.

Fabrice :          Et ça pique sinon ?

Caroline :        De quoi ?

Fabrice :          Ça pique ?

Caroline :        De quoi ?

Fabrice :          Ça pique ? Je fais un test pour savoir au bout de combien de fois elle va comprendre. Ça pique, pique ? Bah qui dit tropique dit ?

Caroline :        Ah les moustiques.

Fabrice :          Voilà.

Caroline :        C’est mon côté blonde, désolée. Oui, alors, il n’y a plus le palu au Sri Lanka depuis 2015, je crois que c’est déclaré safe par l’OMS. Par contre, il y a la dengue. Et quand il y a les moussons, il y a effectivement des épidémies de dengue. Donc, alors là, pas la peine de faire des traitements contre la malaria ou le palu, c’est la même chose. Mais anti-moustique, éviter de sortir entre 17h30 et 18h00 au moment du coucher du soleil on va dire et puis, des vêtements couvrants… Et moustiquaire, on en trouve quasiment dans tous les hébergements. Je n’ai jamais voyagé avec ma moustiquaire parce qu’il y en avait toujours partout. Par contre, n’hésitez pas à prendre du gros scotch pour les rafistoler parce qu’une moustiquaire trouée ça ne sert pas à grand-chose.

Fabrice :          Alors, quel est ton plat préféré ?

Caroline :        Alors, c’est à la fois mon plat préféré mais celui avec lequel j’ai plus de mauvais souvenir, c’est le cheese rôti. Donc, c’est une espèce de petite crêpe locale avec du fromage dedans et puis, des petits légumes. J’en ai mangé mangé mangé et à un moment, j’en ai même un petit trop mangé où j’ai fini à l’hôpital parce que j’ai été très malade. Mais ne vous inquiétez pas les hôpitaux sri lankais vous soignent très bien, donc il n’y a pas de souci et il y en a beaucoup d’ailleurs aussi, ça ne coûte pas cher.

Fabrice :          Sinon, c’est un petit paradis pour les fruits j’imagine.

Caroline :        Alors, les fruits tu vas te régaler là-bas.

Fabrice :          Il y a un fruit que j’adore, comment il s’appelle, le durian ?

Caroline :        Alors tu peux trouver du durian, c’est le truc qui pue d’abord quand même. Mais non, quand tu as à la saison des mangues, elles sont juste extraordinaires, les mini-bananes sont super bonnes aussi. Et puis après, les ramboutans, les mangoustans, ce sont des fruits un peu plus locaux et le kirala qui est un fruit de la mangrove qui se boit en jus, alors c’est très sucré, mais c’est à goûter, une partie du folklore et des fruits locaux.

Fabrice :          OK. Concernant les activités alors, il y a pas mal de choses parce qu’entre la montagne et la mer ?

Caroline :        Effectivement, au Sri Lanka, il y a des randonnées qui sont facilement faisables donc ça, c’est chouette. Il y a les Knuckles range qui est une région à côté de Kandy où tu peux faire pas mal de rando. Je crois que d’ailleurs tu peux faire du rafting dans ce coin-là. Donc sinon, il y a des randonnées dans les montagnes, forcément, à travers les champs de thé, vers Haputale, il y a de très très belles marches à faire. Et puis, aussi au niveau de la mer, tu as tout ce qui est surf, il y a un très gros post de surf qui est connu sur la côte est qui s’appelle Arugam Bay, mondialement connu d’ailleurs. Et quand ce n’est pas la saison sur la côte est, tu peux aller sur la côte sud vers Weligama pour pouvoir surfer. Et il y a aussi pas mal de kitesurf à Kalpitiya sur la côte ouest. Et tu peux faire, comme je te le disais avant, de la plongée sur la côte est, mais plus au nord vers Nilaveli, ça se fait bien.

Fabrice :          C’est sympa. Moi, j’adore la plongée mais c’est vrai que oui le Sri Lanka n’a pas la réputation d’être forcément une destination de premier plan pour la plongée. Après, c’est peut-être méconnu aussi.

Caroline :        Effectivement, ce n’est pas la région de la plongée, il y a quand même quelques spots vraiment pour ceux qui aiment ça. Par contre, il y a une belle faune marine, il y a beaucoup de baleines en fait, baleines bleues, qui passent au large du Sri Lanka. Et d’ailleurs, j’en profite pour passer mon message, ne prenez pas les bateaux gogos touristes qui foncent sur les baleines et qui ne les respectent pas, prenez des compagnies éco-responsables en étant vraiment sûr. Sinon, tu as aussi pas mal de dauphins au large du Sri Lanka donc… et des tortues, j’allais oublier les fameuses tortues. Donc, tu n’auras pas beaucoup de corail mais tu auras des animaux à voir.

Les bonnes adresses de Caroline

Fabrice :          Pour terminer, les bonnes adresses de Caroline.

Caroline :        Moi les bonnes adresses vraiment il y a le restaurant de Rohita à Tangalle qui s’appelle Samagi Restaurant où Rohita fait déjà un vrai café pour les amateurs de vrais cafés et croyez-moi qu’au Sri Lanka, ça ne court pas les rues, donc c’est plutôt chouette. Et ils cuisinent très bien et si vous lui demandez, il a vraiment plaisir à vous donner aussi des cours de cuisine. Donc, c’est assez chouette, on a une machine à café justement. Sinon, pareil à Tangalle pour dormir, il y a Patini bungalow chez Séverine, c’est francophone, elle est mariée à cinghalais, elle est d’origine suisse, et c’est vraiment très très chouette. C’est sur la plage, les pieds dans le sable, au bord de l’eau. Je pense que c’est mon petit coin de paradis au Sri Lanka. Et sinon, une autre bonne adresse, moi, j’aime bien la plage donc je te donnerais sur la côte est, Amanta Beach qui est à Nilaveli et qui est vraiment très très sympa aussi.

Fabrice :          Écoute Caroline, je vais faire la conclusion. Si jamais, tu as une question qui te vient à l’esprit, n’hésites pas. Merci pour ce petit topo sur le Sri Lanka, je trouve que c’est une destination assez complète, assez pratique dans le sens où c’est une destination où tu as besoin de deux ou trois semaines pour avoir un bon aperçu, c’est déjà bien, c’est un point de vue pratique. Ce n’est pas hyper loin non plus en billet d’avion, c’est genre 400€ pour l’aller-retour non ?

Caroline :        Un petit peu plus. Je pense que ton billet d’avion aujourd’hui, il faut plutôt, si c’est une promo, tu peux compter 450 mais il faut plutôt compter 600, 700€. Par contre, il y a un large choix de compagnies aériennes et il y a même des nouvelles compagnies aériennes qui arrivent sur 2018. Donc, plus il y a de concurrences, plus les prix vont à la baisse, donc plutôt intéressant. Mais en tous les cas, c’est à peu près 13 ou 14 heures d’avion pour y aller. Donc, ce n’est pas si fatigant que ça. Il y a trois heures et demie de décalage horaire l’été, quatre heures et demie l’hiver. Donc pareil, on n’est pas complètement fracassé par le jetlag, donc ça, c’est chouette.

Fabrice :          Donc oui, c’est un pays assez facile, pas forcément tout reposant pour y voyager au niveau des transports mais voilà, c’est un pays tranquille, facilement accessible, un peu comme les îles du sud-est en fait finalement, non ?

Caroline :        Oui c’est ça, sauf que c’est plus près, il y a moins de décalage.

Fabrice :          Je mettrais le lien de ton blog, Tongs et Sri Lanka. Et puis, c’est quoi tes projets, tu vas y retourner bientôt ?

Caroline :        J’espère y retourner très prochainement, peut-être en mars 2018 ou sinon fin d’année 2018. Mais en tous les cas, c’est prévu parce que j’ai encore plein de choses à découvrir, j’y suis peut-être allée huit fois mais ça ne suffit pas encore. Et donc, plein de bons plans à trouver pour les lecteurs, plein de conseils voyage, et en tous les cas, la liste est encore longue, donc vivement 2018.

Fabrice :          Ecoute, je te souhaite plein de bonnes choses pour l’année prochaine et notamment, ce voyage au Sri Lanka. Ciao, ciao ! Merci à toi !

Caroline :        Merci. Bye !

Vous avez aimé cet article ?

Notez-le en 1 clic

[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Faites tourner sur les réseaux ! (déja 26 partages)

Commentez via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *