20

Nomade du Grand Nord : En kayak de mer avec un chien esquimau

11


Kim Hafez

« Nomade du Grand Nord est l’histoire d’un homme qui a quitté les siens pour mener une vie de voyageur. Pendant quatre ans, avec Unghalak, son chien esquimau, il endure les tempêtes, le dénuement, la solitude, le froid, mais connaît la joie quotidienne de pêcher son repas, de se désaltérer dans les torrents et de coucher sous les étoiles. Partis de Paris en kayak de mer, les deux compagnons gagnent la Laponie qu’ils traversent à pied, pour hiverner au-delà du cercle polaire. Ils doublent le cap Nord et poursuivent, d’archipels en fjords, leur périple en mer de Norvège avant d’atteindre la mystérieuse côte est du Groenland, encombrée d’icebergs. Lorsqu’ils chavirent sur sa côte Ouest, l’eau glaciale les enveloppe aussitôt… Après treize mille kilomètres de pagaie, ils atteignent la baie d’Hudson, dans l’Arctique canadien. »

Le deuxième récit de Kim Hafez après le premier Unghalak. Et là encore, nous avons à faire à un grand récit d’aventure. Du grand art ! Un vrai régal ! C’est toujours aussi humain, aussi humble. Et sincère. On se représente sans peine la beauté des paysages du Grand nord qu’il traverse. Ainsi que les difficultés et les dangers qu’il doit affronter sur sa route. On se prend aussi d’affection envers son chien Unghalak. Bref, un grand récit d’aventure, poétique et spirituel. Vous l’aurez compris, je suis un grand fan de Kim Hafez.

Morceaux choisis :

« J’étais fait pour voyager comme certains sont faits pour être guide de haute montagne, moine ou coureur de fond. Tôt ou tard, ça vous prend par la peau des fesses et ça vous met sur le chemin que l’On a tracé pour vous. C’est comme ça, il n’y a pas grand-chose à y faire et, croyez-moi sur parole, c’est formidable. »

« Qu’importe, du moment que je rencontre celle qui m’est réservée et que nous poursuivions ensemble cette longue et passionnante ascension qui conduit aux étoiles. C’est une évidence, le vrai voyageur n’arrive jamais à destination »

« Je prenais conscience qu’en vivant selon les convictions, même si elles étaient marginales, j’assumais pleinement le regard d’autrui. Mes idées justifiaient ma vie et ma vie prouvait le bien-fondé de mes idées. Il ne m’en fallait pas davantage pour me sentir fort sous la nuit étoilée et en paix dans la forêt chinée rouge et or. Après six mois de route, j’avais enfin acquis la certitude d’avoir fait le bon choix de vie. »

La vidéo de son départ:

Kim Hafez from Yannick Michelat on Vimeo.



Vous avez aimé cet article ?

Notez-le en 1 clic

[Total : 2   Moyenne : 4.5/5]

Faites tourner sur les réseaux ! (déja 20 partages)

11 Comments

  1. Avatar Yves dit :

    Salut Fabrice,

    C’est sûrement une grande aventure en effet sur le plan humain. Vivant moi-même dans un pays nordique, j’ai partagé mon adolescence avec un Husky et un Malamuth. À l’ancienne, j’avais une ligne de trappe que je visitais à chaque jour en traineau à chien. Pas très rapide mais ô combien en harmonie avec la nature.

    • Avatar Fabrice dit :

      Salut Yves,
      Je ne connais pas les pays nordique mais je comprend qu’on puisse aimer leur solitude, la force de la nature et sa beauté. Ton adolescence a du être sympa! Tu vit où exactement?

  2. Avatar Yves dit :

    Salut Fabrice,

    Je viens du Canada, de la province de Québec plus précisément. Point de vue climat, il s’agit d’un heureux mélange entre de magnifiques étés et des hivers plutôt rigoureux. À titre d’exemple, des températures de 30 degrés Celsius en été et de -30 en hiver…

    Plus jeune, durant l’hiver, il m’arrivait de passer plusieurs jours en forêt avec mes chiens, où je dormais dans un abri de fortune le soir venu. Pas de musique, pas de téléphone ni de téléviseur. Seulement le vent qui sifflait dans la cîme des arbres et les coyotes qui hurlaient tout autour. Terrifiant et fascinant à la fois.

    Puis l’été, c’était les sports nautiques et tout le reste. Ski nautique, navigation sur le St-Laurent, dans le Golfe du St-Laurent et sur la côte Est de USA. J’ai passé une bonne partie de mon enfance dans les Marinas où j’étais valet de quai (j’avais 12 ans à cet époque), à stationner des embarcations que des marins trop bourrés n’arrivaient plus à conduire. C’est là que je me suis fait la main je crois.

  3. Avatar Fabrice dit :

    Merci de ta réponse Yves.

    Sympa ton enfance:-) J’ai grandit dans un petit village en Ardéche, donc le côté nature, j’aime assez!

    Tu devrais adoré les deux récits de Kim Hafez!

    C’est excellent que tu es appris la voile aussi jeune! Tu as des tuyaux à me donner pour trouver une place d’équipier en Amérique du sud pour commencer à apprendre?

  4. Avatar Yves dit :

    Salut Fabrice,

    J’ai surtout des contacts en Californie, du côté de l’océan Pacifique, pour y avoir séjourner quelques temps. Pour ce qui est de l’Amérique du sud, je ne connais personne là-bas. Toutefois, comme la communauté de la voile est vaste et qu’elle se déplace sans arrêt, il est possible que certaines de mes connaissances aient des contacts de ce côté-là. Je vais vérifier. Mais étrangement (et il s’agit d’un trait culturel ici) tous nos marins locaux préfèrent s’exiler du côté des Caraibes au détriment de l’Amérique du Sud. Pourtant, le Bélize gagne de plus en plus en popularité.

    Du côté Océan Pacifique, un endroit que j’aimerais visiter (en arrivant par la mer, bien sûr) est l’ile de La Paz, un ancien repaire de pirates où la vie, semble-t-il encore aujourd’hui, est douce et agréable.

    Je te tiens au courant de mes recherches. Quelles sont les dates de ton expédition en Amérique du Sud?

    Bonne journée!

    • Avatar Fabrice dit :

      Salut Yves,

      En fait, je projete de passer une bonne partie de l’année 2011 en Colombie et Amérique Centrale. Ce que tu dit m’étonnes pas à savoir que les caraibes sont plus fréquentés.Je pense être en Amerique centrale, panama, guatemala etc vers de juin à sept. A voir. L’idéal aurait été une petite expérience dans ce coin là et , pourquoi pas trouver une place sur un voilier pour l’Europe. Je sais , je vois gros. Je regarde parfois sur des sites d’équipiers mais pas grand chose.

  5. Avatar Yves dit :

    Salut Fabrice,

    Je vais voir de mon côté. Je viens tout juste de penser que j’ai des amis, Chantal et J-F, qui ont fait un tour du monde de 6 ans en voilier (ils sont revenus en 2009) et ils connaissent beaucoup de gens. Sitôt que je les rencontre à nouveau, je me renseigne. A+

  6. Avatar Yves dit :

    C’est justement ce que je suis en train de faire avec eux!!! Ça fait deux mois qu’on travaille le truc mais là ça traine un peu (ils sont très occupé car ils se sont engagés dans l’achat d’une Marina et tout le reste) de même que là, nous sommes en pourparlers puisqu’ils ils veulent écrire leurs mémoires et qu’ils n’ont pas le temps de le faire eux-mêmes. J’ai même l’impression qu’ils ne sont pas encore tout à fait revenus. Je lui en glisserai un mot pour l’entrevue. Je ne sais pas ce que ça va donner. Ce sont des gens plutôt discrets. A+

  7. Avatar Yves dit :

    Je vais y jeter un oeil! Bonne semaine!

    p.s: trace de neige au sol ce matin. Heureusement, c’est disparu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *